Le multi-âges, quelle organisation ?

Comment des enfants et adolescents de 2 à 16 ans peuvent-ils être dans la même salle de classe ??? Le petit de deux ans va abîmer le matériel et les travaux des plus grands, le grand de quinze ans ne pourra pas se concentrer ; le petit de deux ans ne pourra pas se reposer, le grand de quinze ans devra se plier au rythme des petits, et bien sûr un enfant de deux ans n’a pas le même niveau en maths qu’un adolescent.

C’est une interrogation récurrente à laquelle je vais tenter de répondre…Pendant que mon fils qui aura deux ans en juin réalise un circuit de train en bois tout seul, très concentré, et refuse que j’entre dans la pièce où il est en train de le construire (!)

Bien sûr, nous expliquerons aux plus petits ce qu’ils peuvent utiliser et ce qu’ils ne peuvent pas ; bien sûr nous expliquerons aux plus grands la nécessité de ne pas laisser traîner certaines choses. Cependant, c’est un peu comme chez vous, votre petit dernier souhaitera explorer et vous-même, souvent, vous oublierez de ranger cet objet auquel vous tenez et vous ne voulez pas qu’il touche. Surtout si cet objet n’a pas d’endroit pour être mis hors de portée.

enfants et adolescentsIl est tout à fait possible de mettre en place une organisation : là aussi, comme chez vous, si vous avez un tout petit qui adore gribouiller sur les murs, vous mettez les stylos billes sur une étagère.

Des coins pour des activités pour les grands (par exemple des activités scientifiques avec un microscope) peuvent être mis en place avec des tabourets de bar et des tables. Des étagères à différentes hauteurs peuvent permettre que les plus hautes soint réservées à du matériel pour les plus âgés.  Des systèmes de gommettes de couleur peuvent permettre de différencier les livres ou autres selon l’âge. Mais l’âge n’est souvent qu’indicatif et dépend de chacun (un enfant de quatre ans peut tout à fait coudre alors qu’un autre du même âge n’en aura pas encore la capacité)

Dans certaines écoles comme l’Ecole Dynamique à Paris, un système de certification est mis en place : pour utiliser les ciseaux, l’enfant doit « passer la certification ciseaux », certification qu’il peut perdre si par exemple, les ciseaux sont retrouvés par terre à plusieurs reprises ou qu’il a découpé un bout de robe de sa voisine. Vous n’allez pas cesser d’utiliser du déodorant sous prétexte que votre enfant pourrait en avaler, vous le mettrez sur une étagère. Ensuite, cela ne signifie pas qu’un enfant qui ne sait pas se servir d’une aiguille ne pourra pas le faire, mais le fera de façon encadrée, n’y aura pas accès librement.

Les plus jeunes pourront se reposer et même dormir dans une petite pièce séparée, qui pourra servir à des activités qui nécessitent du calme et de la concentration le reste du temps avec une organisation concernant l’accès à cette pièce (activités permises, tranches horaires,…)

Concernant le niveau de mathématiques, vous avez à l’esprit l’image de la classe où tous les élèves sont assis devant un tableau noir pendant qu’un professeur fait un cours. C’est vrai que dans ce cas-là, le petit de deux ans, à part s’il est en train de compter deux voitures dans un coin ne fera pas de mathématiques et pourra déconcentrer les ados (en supposant qu’ils soient tous en train d’écouter le professeur) Imaginez plutôt quatre enfants et adolescents à une table, calculant la taille maximale que pourrait faire le meuble qu’ils souhaiteraient mettre dans un des coins, un adolescent qui suit un cours en ligne, un casque sur les oreilles,  et pendant ce temps, un peu plfamille-role-fratrieus loin, des enfants plus jeunes qui écoutent une histoire et d’autres qui jouent dehors.

Etre dans la même classe ne signifie pas faire la même chose au même moment mais partager un espace, avec la possibilité de s’isoler dans une autre pièce, d’aller dehors, comme une famille nombreuse dans une maison, comme des indépendants dans un espace de co-working, comme des créateurs dans un atelier commun. Avec des temps communs, des réunions, des transmissions de connaissances, des confrontations, des conflits, des échanges de savoirs et de compétences, des jeux, des rires,…Avec des règles et un système de gouvernance (dont nous parlerons dans un prochain article)

Il existe depuis 1995 un programme « les racines de l’empathie » basé sur le fait de faire venir régulièrement un bébé dans une classe sur plusieurs années, de la maternelle au lycée (avec notamment une sensibilisation aux émotions pour les plus jeunes, à la grossesse pour les plus âgés) Des crèches commencent à s’associer avec des maisons de retraite pour former un seul et unique lieu. Les enfants et adolescents, eux, devraient ne rester qu’entre eux sous prétexte de meilleures performances académiques ou de leur danger potentiel ?

Je suis persuadée que si on cloisonnait moins les âges, les générations, les relations humaines seraient plus riches avec moins de solitude et plus d’ouverture et qu’il est tout à fait possible de commencer ce décloisement à l’école.

 

 

 

 

 

 

 

Posté dans collège, école

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*