Archives du site

Semaine n°2

Cette semaine, nous avions beaucoup d’absents (diverses maladies, déménagement,…) Nous avons continué tranquillement à mieux nous connaitre, à mettre en place des projets, à jouer, à apprendre…  Voici le récit en images.

Comme nous sommes loin d’avoir tout pris en photo, nous poursuivons le récit :

G. 3 ans a pu aller acheter du sel dès lundi matin avec Annerieke pour une nouvelle fournée de pâte à sel. O. , M. et M. ont entamé une discussion sur les volcans. 4 enfants sont allés à la bibliothèque avec Adélaïde et le papa d’O. pour emprunter des livres pour la classe : sur les avions, les oiseaux, des recettes de cuisine et des histoires. Adélaïde a aussi pris « Les petits philosophes. »

Un ordinateur portable nous a été donné par la compagnie du code (qui anime des sessions le mercredi après-midi). Nous ne nous en sommes pas encore servis à part M. 11 ans qui connaissait déjà le petit logiciel pour apprendre à coder qui était dedans.

M. presque 6 ans, a rempli plusieurs pages d’un cahier d’écriture et en jouant à un Uno des syllabes, nous avons réalisé qu’il savait toutes les lire.

Tout en jouant dehors, les enfants fredonnent la chansoimg_20160926_150501n que Marina leur a apprise :

Skidamarink a dink a dink,Skidamarink a doo, I love you.

M. 11 ans et M. presque 6 ans ont joué avec Marina à des jeux de cartes en anglais (respectivement: « Happy Families », « Pairs on wheels » et « Farmyard Donkey »). M.presque 5 ans et O. 4 ans ont joué à « Shopping list », jeu éducatif anglais type memory dont le but est d’apprendre des aliments en anglais tout en faisant travailler la mémoire visuelle, en encourageant l’apprentissage et la maitrise de la lecture et de la mémoire. Nous avons aussi joué à « Crazy Chef », un jeu récemment acheté par Adélaïde qui encourage les enfants à s’amuser dans la cuisine et surtout à jouer en anglais. C’est M. 11 ans qui a gagné la partie contre Marina !

Enfin le crumble aux framboises dont M. presque 6 ans a eu l’idée était délicieux et les enfants voient bien maintenant ce que peut faire 100 grammes.

La girafe

Une girafe est arrivée dans la classe, elle permet d’apprendre à exprimer ses sentiments et ses besoins, d’apprendre à observer sans juger puis demander sans exiger (bases de la communication non-violente) Les enfants vont la voir et nous y allons avec eux.

La réunion du jeudi

Lors de la réunion du jeudi, nous ouvrons la boite à messages, des messages des enfants, des encadrants, des parents aussi. Chacun peut exprimer des envies, proposer des projets, parler aussi de quelque chose qui le touche ou le dérange. Cela a été l’occasion de commencer à écrire à des personnes d’autres pays, nous avons envoyé une carte en Russie et une en Allemagne pour l’instant !

La première semaine, ce sont seulement les adultes qui ont écrit, en anglais et en français. Cette semaine, deux enfants ont écrit un message et un a dessiné.

M. presque 6 ans a écrit : « J’aime faire un gâteau » et M. bientôt 5 ans a demandé à qu’on lui écrive : « J’aimerais apprendre à lire ». L. 2 ans et demi, a fait un dessin.

Des projets pour la semaine prochaine

La semaine prochaine, nous planterons des bulbes de tulipes, Annerieke pourra peut-être nous en ramener d’ici quelques semaines, elle qui vient des Pays-Bas. Si les enfants sont partants, demain on pourrait fabriquer un volcan, qui entre en éruption bien sûr !

Nous allons aussi nous pencher sur le budget de la classe avec les plus grands. 50 euros par mois pour acheter ce qu’ils souhaitent pour la classe mais aussi : les ingrédients pour les gâteaux et…Le savon et le papier toilette (ah heureusement Adélaïde en a acheté une réserve importante)

Dix jeux de société de tous types  (scientifiques, historiques ou juste amusants) arriveront dans la classe vendredi après-midi pour une location d’un mois avec la ludomicile




L’effort et l’exigence

Est-ce qu’ils feront du basket ?  Et si un élève est paresseux ? Voici deux questions qui m’ont été posées dernièrement, qui méritent une réponse qui pourra intéresser même ceux qui préfèrent le rugby.

Un élève qui souhaite jouer au basket sera encouragé à trouver comment il peut le faire. Il aura peut-être à envoyer un email pour savoir s’il est possible d’utiliser des structures sportives de la ville, à réfléchir à un moyen d’installer un panier de basket dans l’école. Il aura peut-être à demander à d’autres élèves s’ils souhaitent également jouer au basket et l’aider dans son projet. Cela nécessitera d’écrire (sans erreurs), de lire des informations, de calculer des coûts, de communiquer avec les autres, des enfants comme des adultes, de revoir son projet. Il y aura des conséquences à son investissement et aux stratégies qu’il met en place.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les élèves ne seront pas notés et ne devront pas suivre un nombre d’heures quotidiennes de mathématiques mais cela ne signifie pas qu’ils n’auront aucun effort à faire (par ailleurs, les compétences mises en oeuvre à Nectarine relèvent du socle commun, ce que nous expliquerons dans un prochain article)  Nous demanderons aux pré-adolescents et adolescents de mettre en place un ou plusieurs projets que ce soit organiser des tournois d’échecs, installer un poulailler dans l’école ou passer le baccalauréat. Un suivi des activités et apprentissages sera organisé soit sous format papier (journal de bord) soit informatisé. De plus, ils devront participer au ménage, cogérer le budget de la classe, recycler et prendre soin de leur environnement, résoudre les problèmes et conflits ensemble. Un langage correct sera exigé d’autant plus que les plus âgés devront faire attention à leur langage envers les plus jeunes et nous travaillerons avec chacun l’empathie, la politesse, l’apprentissage d’une communication respectueuse. Nous ne tolérerons pas le harcèlement, les moqueries, les victimes ou les bourreaux, phénomènes trop fréquents dans les écoles et collèges en France.

Revenons au basket : un plus jeune qui ne connait pas le basket, comment pourrait-il demander ? se sont interrogés certains parents. Est-ce qu’un enfant de quatre ans a réellement besoin et envie de pratiquer un sport collectif ? Ce n’est pas sûr. Par ailleurs, dans un environnement riche et stimulant, il sera amené, dans un livre, un magazine, lors d’une promenade, ou en discutant avec ses pairs plus âgés, à découvrir l’existence de ce sport. On voit alors que la première question et la deuxième, sur la paresse, qui paraissent n’avoir aucun lien entre elles, se retrouvent liées par la philosophie de l’école : une philosophie de la liberté, qui allie à la fois confiance et exigence.

Nectarine sera donc une école exigeante, qui offre davantage de liberté qu’une école traditionnelle mais davantage de responsabilités aussi.

Et je souhaiterais conclure avec cette citation adaptée de Positive discipline in the classroom (1988) de J. Nelsen  : « Les jeunes ne commenceront à se sentir responsables du bien être des autres et de leur propre bien être que lorsque les adultes commenceront à partager cette responsabilité avec eux »